Judo

Pour les entrainements, merci d’arriver 10 minutes avant le début du cours afin de se changer dans les vestiaires.

Les parents habillent leurs enfants, le lien du pantalon doit être fait et la ceinture attachée comme indiqué dans la vidéo suivante :

Prévoir également une bouteille d’eau et des tongs lors des déplacements hors du tatami. Les plus jeunes doivent passer par les toilettes avant le cours de judo.

Les parents doivent protĂ©ger les verrues et plaies avec des pansements entourĂ©s d’une bande collante genre Ă©latoplasme pour ne pas que le pansement s’enlève, un pansement seul ne tient jamais. Ce n’est pas au professeur de le faire

Le dojo est un lieu d’Ă©tude, de travail et d’Ă©changes. Une attitude empreinte de
sérieux et de respect est nécessaire au progrès. Tout judoka doit avoir présent à
l’esprit les recommandations suivantes qui conditionnent le bien-ĂŞtre de chacun.

Respect des lieux
L’arrivĂ©e et le dĂ©part du dojo sont marquĂ©s par le salut. Il convient de saluer chaque fois
que l’on monte ou descend du tatami. Le dojo sera laissĂ© en ordre et dans le plus grand
état de propreté (y compris les vestiaires et sanitaires).

Respect des personnes
Au début et en fin de séance, élèves et professeurs se saluent (zarei). Ils saluent également
le cĂ´tĂ© kamiza (place d’honneur). Il faut saluer son partenaire avant et après chaque
exercice. L’autorisation du professeur est nĂ©cessaire pour quitter le tatami.

Entraide et solidarité
Les plus gradĂ©s ont le devoir de servir, d’aider les moins avancĂ©s. Il convient d’Ă©couter
leurs conseils avec attention. Il faut aider ses partenaires Ă  progresser et ne pas ĂŞtre pour
eux une cause de gène ou de désagrément (taijin kyofusho).

Politesse
Il est important de se comporter avec discrétion et donc de ne pas parler à haute voix.
Lorsque l’on ne pratique pas, il faut ĂŞtre attentif Ă  l’enseignement donnĂ©. Il convient de ne
se dévêtir que dans les vestiaires.

Ponctualité et assiduité
Il faut ĂŞtre ponctuel et respecter les horaires de dĂ©but et de fin de cours, si l’on est en
retard, il est courtois se s’en excuser auprès du professeur et d’attendre son accord avant
de monter sur le tatami. La persĂ©vĂ©rance et l’assiduitĂ© sont nĂ©cessaires Ă  tout progrès
sérieux.

Hygiène
Avoir un corps et des vĂŞtement propres c’est se respecter et respecter les autres. Les
ongles doivent être coupés courts. Il ne faut pas marcher pieds nus hors du tatami.
Une bonne hygiène de vie est nĂ©cessaire Ă  l’harmonie de l’ĂŞtre humain.

Convivialité et amitié
La courtoisie et la convivialitĂ© favorisent l’Ă©closion de liens amicaux privilĂ©giĂ©s. Ce qui
constitue un des buts du judo.

Le judo est un sport, il doit donc être pratiqué dans la joie.
C’est aussi une admirable Ă©cole de vie

Le Judo est un moyen d’Ă©ducation. Conçu par Jigoro Kano, le Fondateur du Judo, il s’appuie sur l’Ă©tude et la pratique d’un système d’attaque et de dĂ©fense, issu de diffĂ©rents systèmes de combat traditionnels japonais (jujitsu) qui privilĂ©gient les techniques de projection et de contrĂ´le.

Une pratique sincère et rĂ©gulière, prolongĂ©e dans le temps, guidĂ©e par les principes essentiels du judo et le respect de ses fondements, favorise l’accession Ă  l’autonomie, Ă  la maĂ®trise de soi, au respect des autres, Ă  une meilleure apprĂ©hension du rĂ©el. C’est la valeur Ă©ducative du judo qui est transcrite par l’idĂ©ogramme do/michi (cheminement, voie, domaine d’approfondissement) du mot judo.

Jigoro Kano, Fondateur du Judo (1860-1938)
 

 

Les principes essentiels

Ju – L’adaptation

Le premier principe est celui de la souplesse, de la non-rĂ©sistance, de l’adaptation. Il est si Ă©troitement liĂ© Ă  la discipline qui lui donne son nom : faire du judo, c’est s’engager dans la voie (do/michi) de l’application du principe de l’adaptation (JU). Il invite Ă  s’Ă©lever dans la pratique au-delĂ  de la seule opposition des forces musculaires, pour parvenir Ă  une vĂ©ritable maĂ®trise des lois subtiles du mouvement, du rythme, de l’Ă©quilibre, des forces. Ju est une attitude.

Seiryoku Zenyo – Le meilleur emploi de l’Ă©nergie

Le second principe est la recherche du meilleur emploi possible des Ă©nergies physiques et mentales, intĂ©grant le premier principe et le dĂ©passant. Il invite Ă  l’application de la solution la plus pertinente Ă  tout problème : agir juste, au bon moment, avec un parfait contrĂ´le de l’Ă©nergie employĂ©e, utiliser la force et les intentions du partenaire contre lui-mĂŞme… Seiryoku Zenyo est un idĂ©al.

Jita Yuwa Kyoei – La prospĂ©ritĂ© mutuelle par l’union des forces

Le troisième principe est l’entente harmonieuse, la prospĂ©ritĂ© mutuelle par l’union de sa propre force et de celle des autres. DĂ©coulant de l’application sincère des deux premiers principes, il suggère que la prĂ©sence de partenaires et celle du groupe sont nĂ©cessaires et bĂ©nĂ©fiques Ă  la progression de chacun. En judo, les progrès individuels passent par l’entraide et les concessions mutuelles. Jita Juwa Kyosei est une prise de conscience.

Les fondements du Judo

La pratique du judo nĂ©cessite un ensemble d’Ă©lĂ©ments essentiels et indissociables.

Le Dojo

C’est le lieu de la pratique. Espace d’Ă©tude et de travail, il isole les pratiquants de l’agitation extĂ©rieure pour favoriser la concentration et la vigilance, permet l’organisation de la sĂ©ance de judo. Au-delĂ  de sa simple existence physique, le dojo constitue aussi un lien mental et affectif qui unit les pratiquants.

La tenue

Le Judogi blanc du judoka est simple et rĂ©sistante. Identique pour tous, il souligne l’Ă©galitĂ© devant l’effort dans le processus permanent de l’apprentissage.

Le partenaire

Le Judo se pratique Ă  deux partenaires. Le judoka tient compte de l’autre et s’adapte Ă  la diversitĂ© de chacun. Il respecte l’esprit des diffĂ©rents exercices.

La saisie

La pratique du judo demande une saisie entre les deux judokas. Elle joue un rĂ´le prĂ©pondĂ©rant. C’est un vecteur de perception de sensation et de transmission des forces utiles pour contrĂ´ler, dĂ©sĂ©quilibrer ou projeter. La saisie est Ă©volutive, elle s’adapte aux partenaires et aux circonstances.

Les règles de conduite

Le judoka accepte les règles explicites du dojo : la ponctualitĂ©, la propretĂ©, l’Ă©coute, le contrĂ´le de ses actes et de ses paroles. Il s’efforce d’en respecter les règles implicites : l’engagement et la constance dans l’effort, l’exigence personnelle.

Le professeur

Il est le garant du processus de progression dans lequel il est lui-mĂŞme impliquĂ©. Il guide l’apprentissage vers la maĂ®trise technique en s’appuyant sur les principes essentiels et les fondements du judo. Le professeur est un exemple.

Le salut

Le salut est la marque formelle du respect du judoka pour le professeur, pour le partenaire, pour le lieu de pratique, pour l’espace de combat. Il ouvre et il ferme chaque phase essentielle de la pratique.

La Chute

Aucune projection de judo n’est possible sans un judoka pour l’effectuer et un autre pour la subir. L’acceptation et la maĂ®trise de la chute sont nĂ©cessaires au judoka pour garantir son intĂ©gritĂ© corporelle mais aussi ses progrès futurs. La chute est une Ă©preuve mentale aussi bien que physique.

Les bases techniques

L’efficacitĂ© du judoka se construit sur l’Ă©tude approfondie et la maĂ®trise progressive de postures, de dĂ©placements, d’actions de crĂ©ation et d’accompagnement du dĂ©sĂ©quilibre du partenaire, de formes techniques fondamentales, de facteurs dynamiques d’exĂ©cution. Cette base commune de connaissance et d’habilitĂ© donne Ă  chacun les moyens d’Ă©laborer par la suite sa propre expression du judo.

Le Randori

Le Randori permet la rencontre de deux judokas dans une confrontation dont la victoire ou la dĂ©faite n’est pas l’enjeu. L’expĂ©rience rĂ©pĂ©tĂ©e du Randori ouvre Ă  l’acquisition du relâchement physique et de la disponibilitĂ© mentale dans le jeu d’opposition, Ă  la mise en application dynamique des techniques acquises, Ă  l’approfondissement de la perception dans l’Ă©change avec le partenaire, Ă  la comprĂ©hension et Ă  la maĂ®trise des diffĂ©rents principes d’attaque et de dĂ©fense. Il est pratiquĂ© dans une perspective de progression.

Le Shiai

Le Shiai oppose deux judokas dans une confrontation dont la victoire ou la dĂ©faite est l’enjeu. Il se livre contre un autre judoka, connu ou inconnu, en fonction de règles qui permet de dĂ©terminer le vainqueur. Il n’est pas l’aboutissement mais un aspect essentiel de la pratique du judo. L’expĂ©rience rĂ©pĂ©tĂ©e du Chiai ouvre Ă  la dimension tactique et psychologique du combat. Le Chiai est une Ă©preuve de vĂ©ritĂ©, un test mutuel d’ordre technique, physique et mental.

Le Kata

Le Kata est un procĂ©dĂ© traditionnel de transmission des principes essentiels du judo. Il consiste Ă  mĂ©moriser un ensemble de techniques fixĂ© historiquement et Ă  exĂ©cuter cet ensemble de façon prĂ©cise, en harmonie avec le partenaire. La forme bien maĂ®trisĂ©e doit permettre l’expression sincère du geste de combat, l’engagement total sur le plan mental et physique des exĂ©cutants. Outil de stabilitĂ© et de permanence, le Kata est un lien entre tous les pratiquants d’aujourd’hui et ceux qui les ont prĂ©cĂ©dĂ©s. 

Le Grade

Le Grade symbolise une progression globale du judoka sur le plan mental (Shin), technique (Gi) et physique (Tai), donc la ceinture est la marque apparente. La ceinture noire manifeste l’accession Ă  un premier niveau significatif dans cette progression. Le grade est aussi le symbole du l’unitĂ© des judokas, formĂ©s par un travail commun, par des Ă©preuves communes. Le judoka doit poursuivre sa formation vers le grade suivant.

LES VALEURS COMPLÉMENTAIRES

Le meilleur emploi de l’Ă©nergie

Dans sa pratique le judoka est à la recherche du meilleur emploi de l’énergie physique et mentale. Ce principe suggère l’application à tout problème de la solution la plus pertinente : agir juste au bon moment, utiliser la force et les intentions du partenaire contre lui-même. Il incite à une recherche constante et dynamique de perfection.

Entraide et Prospérité mutuelle

En Judo, les progrès individuels passent par l’entraide et par l’union de notre force et de celle des autres. La présence du partenaire, du groupe est nécessaire et bénéfique à la progression de chacun.

Le passage de grade est une Ă©valuation technique et des connaissances dĂ©veloppĂ©es pendant la saison. La remise du grade supĂ©rieur n’est pas automatique.

Celle-ci dĂ©pend de l’Ă©valuation, de l’âge du judoka et de son comportement pendant les sĂ©ances de judo. L’acte de prĂ©sence est important comme l’application sur la saison.

Un grade supérieur récompense une progression technique, mental et physique.

Esprit est primordial.

Parfois pour le bien du judoka, pour une obligation de progrès technique, de comportement et pour plus assiduité la remise de grade est ajournée pour que celui-ci aille puiser des ressources qui le feront progresser et grandir.

C’est un cheminement, chacun suit sa propre voie.

Appliquant les principes essentiels du judo : adaptation, meilleur emploi de l’énergie, entraide et prospérité mutuelle, le NAGE NO KATA met en évidence les bases techniques du judo debout permettant à Tori et Uke de s’exprimer et de se perfectionner dans plusieurs domaines, et notamment dans :

– l’attitude et les positions fondamentales (posture, saisie)
– les déplacements (axiaux, latéraux, circulaires)
– la dynamique d’exécution (continuité de l’action, le rythme)
– la construction d’attaque (kuzushi, tsukuri, gake)
– l’efficacité technique (variété technique à droite et à gauche)
– l’interaction entre les partenaires (rôle de tori et rôle de uke)
– le contrôle de la chute (maitrise de son corps, non appréhension de la chute)

Le nage no kata comprend 5 séries de 3 techniques effectuées chacune à droite et à gauche.

LES DEPLACEMENTS

Excepté lorsque uke attaque en frappant, chaque technique est faite en 3 temps.

– au premier temps l’initiative de saisie est prise par uke, tori appliquant le principe de céder
– au deuxième temps, tori assure un contrôle plus complet, il débute une mise en déséquilibre
– au troisième temps, tori poursuit cette mise en déséquilibre, en mettant uke dans la position idéale pour le projeter par la technique prévue

afin de conserver un bon équilibre du corps, les déplacements s’effectuent en tsugi ashi (un pied rattrape l’autre sans jamais le dépasser) ; ils doivent être continus et fluides.

LES SAISIES

La prise du kumi kata est fondamentale, main droite au revers, main gauche à la manche (saisie inversée à gauche) ; sauf précision, ce sera toujours cette saisie qui sera appliquée.

LES ROLES DE TORI ET DE UKE

A aucun moment uke ne doit aider ou anticiper l’action de tori, chacun ayant un rôle sincère pour mettre en évidence les principes du kata
tori et uke doivent assurer un contrôle permanent entre enx dans l’exécution des différentes phases du kata.

LES REPLACEMENTS

Après la projection, uke se relève naturellement dans le sens de la chute, il ajuste le placement par rapport au joseki et au centre du tapis, tori ajuste  la distance entre uke et lui
dans les déplacements, les deux partenaires se tournent du côté du joseki.

Qu’est-ce que le Gokyo Kodokan ?
Traduction de Gokyo no waza « Les cinq cours d’instruction
Le tora no maki (Le rouleau du tigre) de l’Ă©tude des techniques de projection (kodokan 1955, p72)

Créé par Yamashita Yoshitsugu 8e, Nagaoka Hideichi 8e , Mifune kyuzo 6e dan, Oda join 4e dan, murakami kunio 5e dan et Hashimoto Masajiro ? (9e dan en 1945)

Le secret du Gokyo :
Le secret Ă©sotĂ©rique (ensemble de mouvements et de doctrines relevant d’un enseignement cachĂ©, rĂ©servĂ©s Ă  un petit nombre d’initiĂ©) a Ă©tĂ© introduit dans le Gokyo de 1920 lors de sa reconstruction par JigorĂ´ Kanô assistĂ©s des principaux maĂ®tres de judo de l’Ă©poque. Il ne se trouvait pas dans le Gokyo originel.

Le fondement technique du Judo est fondĂ© sur le Gokyo (cinq principes) correspondant aux cinq Ă©lĂ©ments Ă  savoir l’eau, le bois, le feu, la terre et le mĂ©tal se combinant avec les Huit Énergies CĂ©lestes (Huit Trigrammes). Suivant cette tradition, les cinq Ă©lĂ©ments se manifestent sur terre tandis que les Huit Trigrammes proviennent de l’influence cĂ©leste. Le Gokyo originel du KĂ´dĂ´kan comprenait donc quarante techniques permettant tout simplement de relier l’Homme au Ciel (Ten) et Ă  la Terre (Chi). Le principe Tenchi (Ciel/Terre), dĂ©veloppĂ© par JigorĂ´ KanĂ´, agissant dans l’Homme au travers des techniques corporelles utiles Ă©tait donc omniprĂ©sent dans le Judo des origines. Ce principe, considĂ©rĂ© comme Ă©sotĂ©rique (Himitsu) donna, par la suite, naissance au concept Shin (valeur morale, esprit, caractère correspondant au Ciel) Ghi (valeur technique correspondant Ă  l’Homme) et Tai (valeur corporelle correspondant Ă  la Terre) dĂ©veloppĂ© par le Collège des Ceintures Noires. Ce concept donna, enfin, naissance Ă  l’autre maxime essentielle du Judo : Jita Kyoei (Entraide (ou respect) et ProspĂ©ritĂ© mutuelle). Le Ciel, l’Homme, la Terre agissent de concert dans le respect et la prospĂ©ritĂ©. Il est donc possible de prendre cette fameuse devise suivant plusieurs niveaux de comprĂ©hension mais il n’est pas certain que JigorĂ´ Kanô se soit limitĂ© Ă  la pragmatique. Les deux devises du JĂądĂ´ « Seiryoku Zenyo » et « Jita Kyoei« , choisies par le fondateur, ne laissent aucun doute sur son souhait le plus profond d’élĂ©vation spirituelle de son Art.

La logique pédagogique :
La logique pĂ©dagogique du Gokyo a Ă©tĂ© expliquĂ© dans la revue KĂ´dĂ´kan de 1959. De part sa construction chaque mouvement est prĂ©cĂ©dĂ© et/ou suivi de sa enchaĂ®nement et/ou de sa contreprise. De plus, les mouvements sont classifiĂ©s aussi en fonction de la duretĂ© de la chute qu’ils occasionnent et c’est pourquoi, entre autres, De Ashi harai et passĂ© en première place lors de la rĂ©-Ă©criture du gokyo en 1920.

« Le Gokyo (Cinq Principes Techniques) et le Itsutsu No Kata (Cinq Principes énergétiques) représentent donc les deux aspects fondamentaux du Judo originel de Jigorô Kanô en liaison directe avec l’origine chinoise antique des Écoles Kito-ryu et Yoshin-ryu. Malheureusement il faut désormais admettre que le Gokyo originel, le Koshiki No Kata, le Itsutsu No Kata, qui forment respectivement le corps (Tai), la technique (Ghi) et l’esprit (Shin) du Judo classique ne sont que fort peu pratiqués et étudiés dans le Judo sportif. ou ne servent qu’à des démonstrations.

Dai-ikkyo (groupe1)De-ashi-harai, Hiza-guruma, Sasae-tsurikomi-ashi, Uki-goshi,
O-soto-gari, O-goshi, O-uchi-gari, Seoi-nage (8 techniques)
Dai-nikyo (groupe 2)Ko-soto-gari, Ko-uchi-gari, Koshi-guruma, Tsurikomi-goshi,
Okuri-ashi-harai, Tai-otoshi, Harai-goshi, Uchi-mata (8 techniques)
Dai-sankyo (groupe 3)Ko-soto-gake, Tsuri-goshi, Yoko-otoshi, Ashi-guruma, Hane-goshi,
Harai-tsurikomi-ashi, Tomoe-nage, Kata-guruma (8 techniques)
Dai-yonkyo (groupe 4)Sumi-gaeshi, Tani-otoshi, Hane-makikomi, Sukui-nage,
Utsuri-goshi, O-guruma, Soto-makikomi, Uki-otoshi (8 techniques)
Dai-gokyo (groupe 5)O-soto-guruma, Uki-waza, Yoko-wakare, Yoko-guruma, Ushiro-goshi,
Ura-nage, Sumi-otoshi, Yoko-gake (8 techniques)

Arbitrage

Le 1 er combattant appelé met une ceinture rouge, le 2 ème combattant est le combattant blanc. 

Ă€ l’international le 1 et combattant est en kimono blanc et le 2 ème en kimono bleu. 

Rei : Saluez

Hajime : Commencez

Matte : ArrĂŞtez

Ippon : « 10 » au tableau d’affichage, synonyme de victoire
Waza-Ari : « 1 » au tableau d’affichage, avantage fort
Waza-ari-awazate-ippon : combinaison de 2 Waza-ari, synonyme de Ippon

Les pénalités

1 Shido :1ère faute

2 Shido : 2ème faute

3 Shido : 3ème faute (equivaut a hansoku-make)

ou

hansoku-make direct : faute très grave

Osae-komi : début d’immobilisation
Toketa : fin d’immobilisation
Sonomama : ne bougez plus (au sol uniquement)
Yoshi : reprise du combat (au sol uniquement)
Soremade : fin (du combat, du cours)
Hansoku-make : disqualification
Fuzen Gashi : victoire par forfait
Kiken gashi : victoire par abandon
Hikiwake : égalité


Les parties du corps
Ashi : la jambe
Eri : le revers
Goshi : la hanche
Hara : le ventre
Hidari : gauche
Hiza : le genou
Judogi : kimono, tenue du judoka
Kata : l’épaule
Kubi : le cou
Migi : droite
Morote : Ă  deux mains
Ne : au sol
Obi : ceinture
Seoi : dos
Sode : manche
Tachi : debout
Te : la main, le bras
Ude : bras
Waki : aisselle

Les positions
Gesa : en travers
Guruma : roue autour
Juji : croix
Kami : au-dessus
Mae : face
Shio : 4 coins
Soto : extérieur
Uchi : intérieur
Ura : opposé
Ushiro : derrière
Yoko : côté

Actions
Barai : balayer
De : avancer
Gaeshi : contre-attaquer
Gake : accrocher
Gari : faucher
Gatame : contrĂ´ler
Hane : percuter
Kansetsu : luxer
Maki : enrouler
Nage : projeter
Osae : immobiliser
Otoshi : tomber
Sabaki : esquiver, tourner
Tsukomi : pousser
Tsuri : pĂŞcher
Shime : Ă©trangler
Uki : flotter
Utsuri : déplacer

Exercices au judo
Nage Komi : répétition de chute
Randori : exercice libre
Shiai : compétition
Uchi Komi : répétition de mouvements
Yaku Suku Geiko : travailler souple, sans résistance

Autres mots
Do : voie
Dojo : lieu où l’on apprend le judo
Ju : souplesse
Ko : petit
Kumikata : saisie du kimono
Kuzure : variante
O : grand
Okuri : les deux
Sensei : professeur (maître)
Sutemi : sacrifice
Tatami : tapis de judo
Waza : technique